Rencontre avec Gaston Paul EFFA Vendredi 22 Mai

Rencontre avec Gaston Paul EFFA Vendredi 22 Mai

 Rendez-vous….  avec Gaston Paul Effa sous le « toit des livres »

Le Centre de Documentation du lycée agricole était heureux d’accueillir ce vendredi matin  Gaston Paul Effa écrivain et professeur de philosophie. Cette rencontre  s’intégrait dans un projet d’Animation de la Vie Lycéenne mené par un Professeur de Lettres Nicole Guyot, un professeur Documentaliste Nicole Freyss et une classe de 1°S. Le projet reposait sur l’idée de faire intervenir un auteur, un écrivain qui viendrait évoquer le travail de la création littéraire mais aussi tenter de donner une réponse à la place de l’écrivain aujourd’hui dans notre société, sa fonction, son rôle. Les élèves avaient préparé cette rencontre, questions, recherches documentaires….. A 9h ils étaient tous installés au CDI, ils l’attendaient, pas un murmure, pas un bruit. 30 élèves, dans un espace plutôt restreint où chacun avait trouvé sa place une feuille devant eux, quelques questions recensées… Puis il est arrivé, il les a salués avec bienveillance et il a pris la parole, encouragé par la documentaliste. « Monsieur Gaston Paul Effa qui êtes-vous ? »

Je suis né au Cameroun dans la communauté Beti, j’ai grandi dans une forêt d’enfants, à l’âge de 5 ans ma famille m’a « donné à Dieu » et « offert »  aux  Sœurs du Saint-Esprit. La tradition voulait que toute famille fît don de l’aîné de ses enfants. Mon nom était alors Douo, « des syllabes qui résonnent comme une caresse » fera t-il dire à sa mère dans ce beau roman qui veut dire maman. Il écrit encore « le souvenir de Douo est une invisible écharde, plantée au plus tendre de mon cœur…. » Ce livre est né « dans les interstices du silence ». J’ai toujours vécu dans un univers féminin, Sœur Marie-France me lisait des livres,  à 6 ans  j’eus la fantaisie de m’énamourer d’Emma Bovary. Et plus tard je m’identifiai à don Quichotte, l’ingénieux hidalgo,  lecteur  obsédé par les livres de chevalerie. Il m’a appris « que les livres transforment  ceux qui les lisent ».  « J’ai tété aux deux mamelles, celles de l’animisme et de la chrétienté. ». J’ai aimé très rapidement la langue française celle de Prosper Mérimée et de Chateaubriand.  A 15 ans, je quitte la congrégation et poursuis mon éducation religieuse chez les Jésuites. Je suivrai des études de philosophie où un de mes professeurs me conseillera « de faire de la littérature » Son livre charnière autobiographique Tout ce bleu lui permettra d’entrer dans ce travail de deuil pour quitter l’enfance, en Afrique le bleu est la couleur du deuil. Une impression d’avoir grandi trop vite. Son dernier livre Rendez-vous avec l’heure qui blesse retrace le parcours de ce héros oublié de l’histoire  Raphaël Elizé (1891-1945). Martiniquais, vétérinaire, premier maire noir d’une commune de France métropolitaine, il sera déporté au camp de concentration de Buchenwald, en Allemagne. Gaston Paul Effa a accepté de nous lire le passage de l’arrivée à Buchenwald,  où Raphaël Elize s’interroge sur l’écriture « y a-t-il dans le simple fait d’écrire, un allègement provisoire, comme pour le coupable dans l’aveu… »

 Les élèves ont su rebondir à chaque argument évoqué, Gaston Paul EFFA habitué à travailler  avec des jeunes les a invités plus d’une fois à oser formuler leurs questions en les sollicitant par leurs prénoms, à s’interroger sur le sens des mots, à questionner leur identité.

  • Alexis : c’est quoi un écrivain ? « Quelqu’un qui travaille au noir et qui passe son temps, à vivre dans la solitude » ou « C’est quelqu’un qui fait une cathédrale de quelque chose qui ne vaut rien ». Et un bon écrivain ? « C’est la rencontre mystérieuse entre la langue et la main »
  • Alexandre : comment écrivez-vous ? « J’écris à la main crayon – papier, j’ai un rituel à 4 heures, le matin, en musique. Chaque roman a sa musique.

Ce beau moment d’échange et de partage a ravi nos élèves. Ce fut une rencontre d’une très grande qualité. L’écrivain n’appartient plus à la fiction, il a un parcours et une existence réelle. L’intérêt manifesté par les élèves a contribué à faire de ce moment un moment privilégié dans le parcours de ces jeunes et l’occasion d’un réel enrichissement personnel.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *